REVÊTEMENTS EXTÉRIEURS ÉCOLOS

Source : casatv.ca

Il existe plusieurs revêtements muraux écologiques; parement de bois, bardeau de cèdre, bois torréfié, pierre taillée, pierre des champs, granit... le choix sera une question de goût, mais aussi de budget. Voici quelques exemples.

Les enduits à la chaux


Voici un revêtement moins connu, mais qui gagne en popularité chez les gens soucieux de l’environnement: les enduits à la chaux.


Il s’agit en fait de plus qu’un revêtement, car c’est la partie visible d’un système de construction écologique. Les enduits à la chaux recouvrent surtout les maisons en ballots de paille et les maisons isolées à l’aide de chanvre.


Les maisons en ballots de paille utilisent cette dernière comme un isolant qui est ensuite recouvert d’un enduit à la chaux. Au Saguenay, le Groupe de recherche de la Baie (GREB) a mis au point sa propre technique. «Sa rapidité de mise en oeuvre se traduit par une réduction des coûts», fait valoir Pierre Gilbert, chercheur au GREB. On commence par monter l’ossature en bois de la maison. Elle comprend deux séries de poteaux entre lesquels seront placés des ballots de paille, rangée par rangée. On visse ensuite un coffrage à l’ossature et on y coule un mortier liquide. Une fois le mortier pris, on enlève le coffrage, et la première étape est terminée. On applique ensuite l’enduit à la chaux, qui constitue le parement extérieur.


La technique de construction de maisons en chanvre est un peu différente, puisqu’on utilise des panneaux à l’intérieur desquels le chanvre est maintenu par des liants naturels. On place ces panneaux sur l’ossature en bois de la future maison et on y applique ensuite l’enduit à la chaux. Dans les deux cas, l’isolation est excellente et, «contrairement aux maisons modernes enveloppées complètement de pellicule plastique pare-intempéries (ex.: Tyvek), les maisons en chanvre et en ballots de paille respirent», selon Gabriel Gauthier, propriétaire d’ArtCan, une entreprise qui construit des maisons en chanvre clés en main et distribue des panneaux de chanvre.


Ces maisons ont aussi l’avantage d’utiliser une matière première qui peut être produite localement (coûts de transport réduits) et qui croît rapidement. Par exemple, le chanvre est quatre fois plus productif en biomasse qu’une forêt. De plus, sa culture ne nécessite pas l’emploi de pesticides. L’enduit à la chaux, utilisé comme revêtement extérieur, exige peu d’entretien s’il est bien appliqué. «Tous les 15 ans environ, il est recommandé d’appliquer une peinture naturelle pour en rafraîchir la couleur et nourrir la chaux, dit M. Gauthier. L’hiver, il est aussi recommandé d’enlever la neige si elle est contact avec le revêtement et qu’elle est présente à plus de deux pieds au-dessus du sol.»


Une maison en chanvre ou en ballots de paille doit toutefois être bien construite pour être durable. «Le débord du toit doit mesurer au moins 2 pi, et le bas du mur doit être fait de briques ou de pierres sur une hauteur de 1 1/2 à 2 pi», indique M. Gauthier.


Les maisons de ce type sont durables (plus de 100 ans) et elles ont souvent une architecture originale, contrairement aux autres constructions.

Parement de bois


Il est offert en diverses essences, dont l’épinette et le cèdre. Il est d’un coût abordable, mais demande plus d’entretien que les parements de vinyle ou d’aluminium. Il peut être peint ou teint selon le goût, bien que le cèdre vieillisse bien à l’état naturel.


Bardeau de cèdre


Le bardeau de cèdre est reconnu pour sa beauté et sa durabilité. Il résiste bien aux intempéries, aux fortes pluies et aux grands vents, et il ne pourrit pas. Bien que les gens apprécient la couleur gris argenté qu’il prend en vieillissant, on peut le teindre et même le traiter pour en accroître la durabilité. Le bardeau de cèdre rouge de l’Ouest allie, quant à lui, rusticité et longévité. À noter: certains bardeaux sont vendus déjà teints en de nombreuses couleurs. Un grand choix s’offre donc aux propriétaires.


Bois torréfié


Encore peu connu, le bois torréfié est un bois chauffé à haute température pour lui procurer imperméabilité, stabilité et résistance à la pourriture. Les essences les plus utilisées sont le merisier, le frêne, le chêne, le peuplier, le tremble, la plaine, le pin gris et le pin blanc. Une fois torréfié, le bois prend l’apparence des essences exotiques et son veinage est mis en valeur.

Pierres (pierre de taille, des champs ou de calcaire)

C’est le plus onéreux de tous les revêtements muraux extérieurs, mais aussi le plus durable (plus de 100 ans). La pose coûte cher et doit être exécutée par des professionnels. Il faut aussi prévoir des fondations d’une épaisseur d’au moins 10 po afin de supporter la charge des pierres. Malgré ces inconvénients, certains propriétaires choisissent ce revêtement pour le cachet qu’il apporte à leur maison. La pierre de taille est le produit le plus couramment utilisé, car il est plus simple à mettre en oeuvre.

Granit

Bien que ce revêtement soit surtout présent sur les tours de bureaux et les gratte-ciel, on le trouve aussi sur certaines résidences de gens fortunés — évidemment, car il coûte cher à poser. Il se vend en plusieurs teintes naturelles, du noir au mauve. C’est un produit très durable et esthétique.

#revetement

© 2017 FACADE revetement et design.